Machine à grav(it)er
Machine à grav(it)er
Machine à grav(it)er
Machine à grav(it)er
Machine à grav(it)er

Machine à grav(it)er

Dans cette série, quatre petites presses viennent graver de manière autonome la plaque de cuivre en un trait de tailles différentes. Le rythmes sera donc déterminant dans cette série. Chaque presse marque son temps, son frottement, et l’usure de la plaque. La machine à grav(it)er trouvera la fin de son cycle quand l’entaille gravant la plaque percera et cassera le cylindre en deux morceaux. Le rythme de la rotation des cylindres d’une gravure automatisée nous emporte dans un imaginaire ou une superposition de couches infinies se dévoilent. Ceci donne l’impression d’un écoulement infini car le tour complet de la plaque prend 10 min.